Google vient de mettre à jour son algorythme Penguin qui a défrayé la chronique l’année dernière. C’est la quatrième mise à jour de ce fragment de l’algorithme mais est considérée comme la deuxième majeure en interne et pas seulement un rafraichissement.

Qu’est ce que Penguin représente pour moi ?

Très simplement expliqué par matt cutts dans cette vidéo :

L’objectif de Google est de se débarrasser un maximum des sites de spams et c’est le but de Penguin actuellement qui lutte contre les méthodes de référencement non acceptées par Google.

Le souci, pour la communauté du web, est le pouvoir que peut avoir un moteur de recherche sur le commerce global, le moindre changement peut entrainer la faillite de centaines d’entreprises en ces temps de crise.

Le sujet le plus débattu actuellement tourne autour des annuaires qui ont permis le développement du web comme on le connait aujourd’hui et que Google renie de plus en plus, comme s’ils avaient honte de ce avec quoi ils avaient commencé à travailler, car ce sont eux qui ont permis à Google de créer leur premier index. Ils obligent les webmasters pour des raisons financières et des économies de traitement à faire des sites de plus en plus compréhensibles et stéréotypés et malgré un discours toujours édulcoré étouffent littéralement les sites faisant appel à des technologies peu reconnues par leurs algorithmes.

Mais dernièrement le système du pagerank était de moins en moins mis à jour pour les externes à Google qui utilisent la requête de la toolbar, parfois même ne se mettait plus du tout à jour. C’est le problème avec les outils qui vous sont proposés gratuitement par Google, rien n’est éternel et la manière dons les référenceurs font des liens pour passer du pagerank déplait fortement à la société.

L’objectif premier désormais est de faire des sites Internet toujours plus complets, toujours plus pratiques et avec un soupçon de buzz pour faire venir les premiers visiteurs. Le travail du référenceur doit passer par cette amélioration de la qualité des sites Internet.